• Portraits de famille - Gabriel et Julien

    Cette année est celle de la commémoration de la guerre de 14-18.

    Et je souhaitais -modestement- y contribuer en partageant avec vous des écrits et des photos, conservés dans ma famille depuis cette époque. Alors, aujourd’hui, je vous propose de découvrir un pan de mon histoire familiale à travers celle de deux de mes grands-oncles paternels, Gabriel et Julien Grangeon.

     

    Gabriel et Julien, respectivement ainé et cadet, faisaient partie d’une fratrie de cinq enfants. Leurs parents, Gabriel et Marie Grangeon, exerçaient le métier de commerçants et étaient propriétaires de leur magasin de faïences/verreries. Ils habitaient dans le sud-est de la France, en Provence :

    Portraits de famille - Gabriel et Julien #01

    Portraits de famille - Gabriel et Julien #01

    En août 1914, comme beaucoup d’autres, Gabriel et Julien (âgés d’une vingtaine d’années) furent mobilisés.

    Envoi de Gabriel :

    Portraits de famille - Gabriel et Julien #01

    (carte postale associée au texte ci-dessous)

     Lyon, 26 aout 1914

    Chers parents,

    Nous sommes revenus de la Valbonne depuis 7 jours. Nous sommes partis de 18 à 6h½ du soir et nous sommes arrivés le 19 à 2 heures du matin, c’est à dire que nous avons marché la moitié de la nuit et ce n’était pas gai. Je suis en bonne santé et j’espère qu’il en est de même pour vous. Nous allons partir dans 12 jours pour les manœuvres et en rentrant on sera de la classe mais en attendant, c’est le 392. Le bonjour de ma part aux parents, amis et connaissances.

    Votre fils dévoué, Gabriel Grangeon

     ...

    Et les voici, tous les deux, en uniformes :

    Portraits de famille - Gabriel et Julien #01

    Portraits de famille - Gabriel et Julien #01

     

    Messages de Julien :

    Julien Grangeon, 163ème régiment d’infanterie, 26ème compagnie

    Nice, le 30 décembre 1914

    Chers Parents,

    Je vous souhaite une bonne et heureuse année et que celle qui vient finisse mieux que celle-ci. Deux mots pour les paquets, il ne reste presque rien. Le pâté était, comme les autres, excellent, la pâte de coing aussi, quant au canard : « gnavi ques paou ». Donner le bonjour à grand-mère et souhaitait lui une bonne et heureuse année pour moi. J’ai reçu la carte d’Emile, elle m’a fait bien plaisir, je vois qu’il pense à moi.

    Votre fils qui vous embrasse, Julien Grangeon.

     

    Portraits de famille - Gabriel et Julien #01

    (carte postale associée au texte ci-dessous ; cliquez dessus pour l'agrandir)

    Le 16 avril 1915

    Cher frère,

    Je t’envoie un peu de mes nouvelles qui sont toujours excellentes. Et toi, que fais-tu ? Est-ce que tu vas toujours à l’école ? Si la bicyclette est un peu dégonflée, gonfle la un peu mais pas trop.

    Ton frère qui t’embrasse, Julien.

     ...

    Mais, à cette même période, Gabriel, blessé, fut fait prisonnier. Tout d'abord, transporté dans un hôpital allemand à "Reinage", il fut transféré peu de temps après en Allemagne, dans un camp concentration, dit « de travail » :

    Portraits de famille - Gabriel et Julien #01

    Portraits de famille - Gabriel et Julien #01

    Portraits de famille - Gabriel et Julien #01

    (carte postale du camp de concentration « Darmsardt », datée du 14 juillet 1915 et envoyée à ses parents avec pour tout texte : « Amical bonjour, Gabriel Grangeon. »)

     

    Et jusqu’à la fin de la guerre, seules quelques photos permirent à la famille de Gabriel de savoir qu’il était encore vivant :

    Portraits de famille - Gabriel et Julien #01

    Portraits de famille - Gabriel et Julien #01

    Portraits de famille - Gabriel et Julien #01

    Portraits de famille - Gabriel et Julien #01

    (la fin dans l'article suivant...)


    votre commentaire
  • Portraits de famille - Gabriel et Julien #02

    (Suite et fin de l'article précédent)

     

    Julien, quant à lui, continua les combats.

     

    Suite des messages écrits par Julien : 

     

    Portraits de famille - Gabriel et Julien #02

    (carte postale associée au texte ci-dessous ; cliquez dessus pour l'agrandir)

    Grenoble, le 22 août 1915

    Cher frère,

    Une grosse caresse, Julien.

     

    Portraits de famille - Gabriel et Julien #02

    (carte postale associée au texte ci-dessous ; cliquez dessus pour l'agrandir)

    Renage, 24 aout 1915

    Chers parents,

    Je viens vous donner un peu de ma santé et de mon appétit. Je vous dirais que tout va pour le mieux et que je ne pense qu’à la maison. Dagon m’a écrit, il est à Chambéry et me dit qu’il va bien. Dans votre prochaine lettre, vous  me direz un peu les trains qu’il y a maintenant pour être renseigné lorsque je partirai. Je ne sais pas encore quand. Donnez le bonjour à la famille Gamoty et Bourba.

    Votre fils qui vous embrasse, Julien Grangeon.

     

    Portraits de famille - Gabriel et Julien #02

    Portraits de famille - Gabriel et Julien #02

    Julien Grangeon, 163ème régiment d’infanterie, 26ème compagnie Nice

    10 octobre 1915

    Chers parents,

    Je pense que vous devez avoir reçu les deux lettres que je vous ai envoyé. Aujourd’hui, j’ai rencontré Bastidon et deviner qui est à Villefranche. Donnez le bonjour à tous les amis.

    Votre fils qui vous embrasse, Julien Grangeon.

     ...

    Julien Grangeon, 163ème régiment d’infanterie, 32ème compagnie Cagnes

    9 novembre 1915

    Chers parents,

    Depuis quelques jours je n’ai  rien reçu. Je pense qu’elles doivent avoir eu du retard comme j’ai changé de compagnie. Vous me direz si vous m’avez envoyé de l’argent. Donnez le bonjour aux amis et parents.

    Votre fils qui vous embrasse, Julien Grangeon.

     

    Portraits de famille - Gabriel et Julien #02   Portraits de famille - Gabriel et Julien #02

    (cartes postales associée aux textes ci-dessous ; cliquez dessus pour les agrandir)

    Lorraine, 10 décembre 1915

    Chers parents,

    J’ai reçu hier soir votre lettre du 5 qui m’a fait bien plaisir. Vous me dites qu’il y a quelques jours que vous n’avez pas reçu de mes nouvelles, c’est qu’il arrive qu’aux tranchées, on a toujours les mains pleines de boue et pour écrire on ne peut pas toujours. Je vous ai dit sur ma lettre de hier que j’avais reçu les deux paquets, le saucisson est excellent. Au sujet des colis, tu peux envoyer du beurre et du chocolat. Et des pâtés lorsque tu en feras car j’en ai gardé un bon souvenir. Je regrette beaucoup de ne pas être à la maison pour pouvoir vous aider à laver car maintenant je suis très fort pour cela. Voilà deux jours que je ne fais que laver depuis la capote jusqu’aux chaussettes.

     Suite (sur la deuxième carte postale)

    Le nombre de côtelettes à encore augmenté, je ne sais si je pourrais toutes les payer. Envoyez-moi dans les prochains colis des attaches de bretelles, celles qui se fixent au bouton et qui passe sur la roulette. Il m’en faut trois. Je termine en vous envoyant mes plus affectueuses caresses.

    Votre fils, Julien Grangeon.

    Les cartes représentent le pays devant lequel nos tranchées se trouvent, une représentation avant la guerre. La maison marquée d’une croix est celle ou je couche était aux pionniers, nous couchons dans la cave.

     

    Portraits de famille - Gabriel et Julien #02 

    (carte postale associée au texte ci-dessous ; cliquez dessus pour l'agrandir)

    Le 13 février 1916

    Chères sœurs,

    Deux mots pour vous donner un peu de mes nouvelles qui sont toujours bonnes et je pense qu’à la maison il doit en être de même. Vous avez sur la carte, la photographie d’un poilu du front, seulement on est un peu moins propre. Donnez le bonjour à toute la famille ainsi qu’aux amis et voisins.

    Recevez de votre frère ses meilleures caresses, Julien.

     ...

    Et à son tour, comme son frère avant lui, Julien fut fait prisonnier et transféré dans un camp de concentration « Geissen », en Allemagne :

    Portraits de famille - Gabriel et Julien #02 

    (cliquez dessus la carte postale, ci-dessus, pour l'agrandir)

    Portraits de famille - Gabriel et Julien #02

    (cartes postales du camp de concentration « Geissen », datées 1916 et envoyées à ses parents avec pour tout texte : « Julien Grangeon, matricule 754, 7ème compagnie, détachement 2587 ».)

     

    Les années suivantes, là encore, seules quelques photos permirent à la famille de Julien de savoir qu’il était encore vivant :

    Portraits de famille - Gabriel et Julien #02

    Portraits de famille - Gabriel et Julien #02

    Portraits de famille - Gabriel et Julien #02

     

    Enfin, la fin de la guerre fut déclaré en novembre 1918.

     

    Message de Julien : 

    Metz, 6 décembre 1918

    Chers parents,

    Je suis arrivé hier à Metz venant de Giessen en bonne santé. Je pense que Gabriel doit être rentré aussi ou en tout cas, il ne va pas tardé. J’espère être avec vous d’ici une huitaine.

    En attendant, recevez chers parents mes plus affectueuses caresses, Julien.

     ...

    Gabriel rentrera finalement chez lui sain et sauf, revoyant enfin ses proches.

    Quant à Julien, lui aussi retrouva sa famille. Cependant, peu de temps après son retour, il s’engagea comme infirmier à bord du navire hôpital « La Fayette », basé à Toulon. Ainsi, il parcouru le monde, les mers, accosta sur différents rivages et vu de nombreux pays dévastés par la guerre, avant de se fixer dans son foyer.

    Pourtant, tous deux eurent la chance de revenir indemnes -sans séquelles irréversibles- à l’inverse de tant d’autres. Ainsi, ils purent poursuivre le cours de leur vie et même plus tard, se marier, avoir des enfants.

     

    Voilà la fin ce pan d’histoire familial... voilà tout ce qui reste de la difficile et douloureuse expérience de mes grands-oncles paternels.

    Ces quelques photos et cartes postales furent conservées par leurs sœurs Marguerite et Rose, puis par leur nièce (ma mère) et enfin par moi-même. Car, même des années plus tard, mes grands-oncles refusèrent obstinément de parler (même à leurs proches), de se replonger dans ces années de combats et d’emprisonnements.

     

    Heureusement, d’autres purent témoigner afin que les conséquences de cette Grande Guerre perdurent dans les mémoires des générations suivantes.


    votre commentaire
  • Citation du jour #48-2014

    "Celui qui se sera étudié lui-même sera bien avancé

    dans la connaissance des autres."

    [Denis Diderot, écrivain et philosophe français ; extrait de Règnes de Claude et de Néron]


    1 commentaire